Ateliers du collège

Le n° 33 du Journal sans nom est paru

Le n° 33 du Journal sans nom vient de paraître. Les élèves-journalistes ont beaucoup travaillé pour rechercher des informations dignes d’intérêt.

Au moment où nous mettons sous presse, malgré un énième préavis de grève des NMPP, nous ne savons pas encore si les blocages routiers de juin liés au mécontentement des poids lourds, avant les blocages routiers de juillet imputables aux vacanciers, seront levés.

Alors, plutôt que de faire de l’information à court terme, qui se périme dans la journée, ou au mieux dans la semaine, le comité de rédaction de votre canard épisodique a préféré se tourner vers un avenir réellement spacieux. Pourquoi ne pas songer à explorer une planète de notre système solaire ? Partez avec Chloé, Margo ou Noémie. Les destinations plus lointaines vous séduisent ? Antonin vous entraîne vers les trous noirs. Vous êtes casaniers ? Restez collés à Aurélien, notre reporter en Angleterre. Le froid ne vous rebute pas ? Songez à la Laponie avec Nicolas et Florian. Vous êtes prudents ? Ne restez pas chez vous : Charles-Edgar a vérifié auprès de Mme Duvilla que c’était trop dangereux !

OUI ! Les vacances approchent. Les programmes de classe se bouclent. L’angoisse monte aux alentours des classes de 3e dont les épreuves de brevet se dérouleront les 26 et 27 juin prochains. L’Atelier roman sort son best seller de l’été 2008 : « TOUT UN FROMAGE ».

Mme Ségard, elle-même, a les yeux rivés sur la rentrée 2008. Une activité tennis sera proposée aux élèves volontaires, comme l’option-foot qui continue. Les langues continueront à vous passionner (et à vous préparer aux divers voyages que nous avons déjà évoqués). Ces sujets ne sont pas encore traités dans ce numéro… parce tout ne peut se dire en une fois.

… et nous ne pouvons que redire ce que nous écrivions en mars dernier : « les membres du JSN se passionnent de plus en plus pour ce qui les dépasse, preuve, s’il en fallait, que notre journal a une dimension universelle ».

Alors, lecteurs, explorez avec nous l’univers proche ou lointain. Et n’oubliez pas que ce qu’on regarde avec le cœur est toujours plus beau, même si les mots sont parfois maladroits.

« Tout un fromage » : le roman 2008

Avec sa couverture conçue par Nicolas Lethuillier sur une idée collective de l’Atelier roman du Collège, le nouvel ouvrage des Editions Saint-Victrice vient de sortir.

Vous pouvez l’acquérir auprès des auteurs ou du secrétariat.

Depuis qu’elle travaille à Saint-Victrice, Monique a vu bien des visages et observé silencieusement de nombreuses situations insolites. Mais elle sait être discrète. Alors, pourquoi en vient-elle à pousser, un soir de novembre, des cris effroyables dans la cour de récréation ?

Dans cet établissement catholique où la morale et les bonnes mœurs sont soigneusement transmises depuis des générations, une atmosphère de meurtre, de soupçons et de trafics va changer le regard de chacun sur son voisin de classe.

La police enquête lamentablement, la directrice se morfond, le professeur d’allemand en perd son latin, et une souris décide d’apprendre à lire. Même les cours de dessin ne sont plus les mêmes ! Et pour cause…

Pour en savoir plus, dévorez ce polar palpitant, qui renouvelle le genre, et trahit des secrets enfouis depuis bien longtemps.

“… Même Arsène Lupin aurait pu trouver sa place dans ce roman ébourrifé” (Le Monde des Livres) “Une aventure où le lecteur explore les tréfonds de l’âme humaine, jusque dans la cave du meilleur collège d’Europe” (sir Dave Bicéréale) “Heureusement que le quotidien est plus serein. On ne fera plus la sieste avec autant de confiance en l’avenir” (La Directrice).

Prix de souscription : 2 euros.

L’Atelier des Ecrivains au Salon du Livre

27 mars 2007

L’Atelier des Ecrivains au Salon du Livre de Paris

Cet incontournable rendez-vous culturel a eu lieu du 23 au 27 mars 2006 au parc des expositions de Paris, Porte de Versailles. C’est un lieu où l’ambiance est bon enfant et où le parfum de la littérature se mêle aux odeurs moins poétiques du récent salon de l’agriculture. Il y a tous les genres de livres, du journal populaire à la BD, il y en a pour tous les goûts. Après une odyssée d’environ une bonne heure de train, nous arrivâmes à Paris pour enfin rejoindre (pour Mme Trémauville et M. Tamarelle) « la terre promise ». Voici quelques anecdotes qui ont ponctué cette agréable journée.

Vive la SNCF !
Le matin, nous avions rendez-vous dans le hall de la gare et la SNCF, prévoyante, avait prévu pour nous un homme en costume bleu pour nous conduire jusqu’à notre train. Dommage qu’il ne soit pas monté avec nous pour indiquer aux passagers que les places nous étaient réservées !!
Marine Coulibaly

Un passager acariâtre
Vers 9 heures, nous nous sommes installés dans le train. Une partie des places nous étaient réservées mais un homme âgé était tranquillement assis à une d’entre elles. Mme Trémauville lui expliqua poliment qu’il fallait la libérer mais il ne voulait rien entendre. Le dialogue devint tendu et au bout d’un moment, il partit en criant que « c’était mal organisé » ! Précisons qu’il était écrit au-dessus de sa tête que les sièges étaient réservés !
Grégoire Le Gall

Le stand polonais
Nous sommes tombées sur ce stand vers 11h30. C’est le seul à nous avoir donné des choses gratuites sans qu’on le leur ait demandé. Ils nous ont gentiment offert de petits carnets pour prendre des notes, carnets qui ne manqueront pas de nous servir pour le Journal sans Nom.
Elisa Cavyn

INDIENS
Il était 11h57mn46sec. Jérémy et Nicolas, deux étranges personnes dont l’origine nous est inconnue (enfin… pas tant que ça ! Ce sont deux anciens élèves qui ne veulent pas couper le cordon ! Ndlr) tombèrent sur le stand de deux Indiens (l’Inde était l’invitée du Salon, ndlr), alors qu’ils erraient dans une des allées. Crânes rasés et toges oranges, ils ressemblaient à des moines Shaolin venus tout droit d’un quelconque monastère Sud-Asiatique, mais nos deux aventuriers ne poussèrent pas plus loin leurs recherches, pressés par leur estomac qui criaient famine.
Nicolas LETHUILLIER

GALLIMARD
Au salon du livre il y avait le stand Gallimard. Ce stand était géant. Il y en avait pour tous les goûts, du plus petit au plus grand. J’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de professeurs des écoles. J’ai emmené mes copines, chacune a acheté un livre. C’était super !!!!!
Soraya Hamttat

Quiproquo
Vers 12h, nous nous sommes installés dans un coin du salon pour pique-niquer. On a fait une pause d’une trentaine de minutes. A la fin de ce moment de détente, deux vigiles du salon sont venus voir M. Tamarelle car ils croyaient que l’un de nous avait enfermé des personnes dans une pièce à l’aide d’un cadenas. Comme si nous nous baladions avec des cadenas sur nous ! M. Tamarelle a heureusement mis fin à ce malentendu !
Amélie Magniez et Mélanie Etienne

LE STAND ASTERIX
A 13 h 15, nous nous sommes dirigés (pour ceux qui étaient revenus à l’heure de leurs achats vers le point de rendez-vous ! ) vers le stand Astérix. Cette exposition montrait les étapes de la réalisation d’une bande dessinée. C’est un des exposants qui nous a expliqué la construction du travail du dessinateur Uderzo. Ce dernier débutait par le crayon, puis il repassait ses dessins à l’encre ; et mettait la couleur avec des pastels (aujourd’hui, ce travail sur les couleurs se fait avec un logiciel comme « Paint »).
Récemment, Les éditions Albert René ont diffusé toutes les BD d’Astérix avec un rajeunissement. L’encre effacée a été refaite et les couleurs ont été retravaillées par des infographistes.
Bill Petetin et Romain Monnier

Vers 14h, (le lecteur verra que les horaires varient… et pourtant nous avions calé nos montres ! ndlr) nous avons rencontré une personne qui nous a expliqué comment Uderzo avait réussi à rééditer « Astérix le Gaulois » en refaisant les couleurs. Nous avons vu les planches et les différentes étapes du travail. Ce fut un moment fascinant.
Frédéric Lelandais

CADEAUX
A 14 h00, Erwan et moi avons fait tous les stands de livres pour avoir des marque-pages et des stylo et des personnes très sympathiques nous en ont offert, ainsi que des bonbons . Voilà le contenu de notre trésor :
- 42 marques-pages
- 3 stylos
- 2 paquets de bonbons.
Bonne pêche pour nous !
Charles-Edgard DUFOUR

ACHATS
Vers 14h25 et 58 secondes, alors que je m’apprêtais à acheter dans le même stand un deuxième livre de la même collection, je m’aperçus à mon grand dam qu’il me manquait deux euros. Le vendeur, voyant mon désespoir me fit grâce des deux euros manquants. C’était un beau geste commerçant.
Dimitri Dumontier

Le 27 mars 2007, au salon du livre, nous avons visité tout l’endroit. Certains se sont perdus. Moi, j’avais beau visiter, visiter mais… mais rien ne me plaisait à part un livre sur les Porsche et un autre sur les Mercedes-Benz mais ils coûtaient 25€ et moi je n’avais que 7€. Je continuais, continuais, puis je tombai sur une BD appelée : TUNING MANIAC.
Je regardai le prix : 9,40€. OUF ! j’avais assez d’argent car avant, on nous avait donné un « chèque-lire » de 8€. Cela me faisait 15 € : 7 + 8 = 15 €. Je l’achetai.
Nous avions tous très chaud. Heureusement que nous avions de l’eau sur nous et qu’il me restait un peu d’argent pour m’offrir une canette de Lipton Ice Tea !
Nicolas Binder

Les bandes dessinées étaient rangées dans le même espace selon les éditions. Les prix variaient entre trois et une trentaine d’euros. Beaucoup de BD connues y étaient installées au prix de neuf euros quarante.
Laure Capitao

Concours BD
Stand H38 ! Non… F15 ! Après une course effrénée dans ce labyrinthe de stands, nous sommes submergés par une chaleur étouffante qui nous emplit les poumons ! Nous venons de terminer notre fastidieuse quête qui consistait à recueillir des informations sur de nouvelles BD.
Puis nous nous faufilons parmi l’abondante foule et arrivons au stand intitulé : « Escale BD ». Nous inscrivons nos coordonnées sur le coupon-réponse et glissons celui-ci dans l’urne surmontée de l’inscription « Concours BD ». Nous attendons impatiemment les résultats !
Jérémy Lepesqueur

Canicule !
Toute la journée, nous avons vraiment eu chaud car l’atmosphère du salon était étouffante. Un instant, nous nous sommes demandé si la canicule n’était pas de retour. Certains stands étaient de véritables grills à cause de leurs lampes halogènes. Nous avons beaucoup transpiré !
François Perré

Les dédicaces sur le vin
Vers 15h30, nous avons rencontré une dame qui faisait des dédicaces pour ceux qui voulaient se cultiver sur le vin ou la vigne. Arrivés devant le stand, nous vîmes trois personnes se dresser devant les clients. La dame nous a proposé un marque page, puis l’a dédicacé.
Mélanie DELAHAYE

A 15h45, l’heure du départ avait sonné. Nous quittâmes le Salon un peu tristes, direction Saint-Lazare. Il était l’heure de rentrer à Rouen. Dans le train, malgré la fatigue, chacun rédigea un petit texte contenant une anecdote marquante de la journée. C’est fourbus et heureux que nous arrivâmes à Rouen à 18 heures. Vivement l’an prochain !

L’atelier des écrivains

 

    Les activités d’un atelier d’écriture respectent deux impératifs, à nos yeux, essentiels : explorer des formes de pratique d’écriture variées et répondre au désir des élèves en œuvrant dans le plaisir. Nous voulons promouvoir les objectifs suivants :

  • organiser la rencontre avec des professionnels de la presse pour la jeunesse,
  • « libérer » ou favoriser l’expression de l’originalité créatrice, par des jeux verbaux avec inducteurs,
  • tenter la réalisation d’une édition avec les moyens scolaires et une diffusion à l’échelle de l’établissement,
  • consolider les acquis éducatifs et ludiques liés à cette activité.

La convivialité présidant au déroulement des séances d’une heure trente permet aux participants de trouver la place qui leur semble propice et d’user des modes d’intervention les mieux adaptés :

  • la lecture des productions est encouragée mais reste au libre consentement de l’élève,
  • les animateurs partagent les temps d’écriture des élèves en se livrant à la même activité qu’eux,
  • lors de la pause ménagée au milieu de la séance, le collège offre des boissons et des gâteaux, puis ceux qui le souhaitent peuvent soumettre au groupe les textes qu’ils ont produit en dehors des réunions.

Les dernières productions de cet atelier sont :

  • « La Croisée des Pouvoirs » (juin 2006)
  • « Livre, n.m. » (juin 2005)
  • « Ils ont changé l’Histoire…. et elle ne s’en remet pas » (juin 2004)
  • « DERAPAGES TEMPORELS ou comment changer le cours de l’histoire en 20 leçons » (juin 2003)
  • « Un prof… comme vous n’en aviez jamais vu » (juin 2002)
  • « Eaux de vies » (juin 2001)
  • « Au-delà de vos jours » (juin 2000)
  • « Vers un futur imparfait » (juin 1999)
  • « Saint-Victrice : l’appel du cosmos » (juin 1998),
  • « Le Fantôme de Saint-Victrice », roman collectif (juin 1997),
  • « Le Journal sans nom », périodique réalisé par les élèves, édité depuis mars 1996.

Chaque année, un écrivain nous apporte son concours, avec un projet de publication en fin d’année.

Pour 2006-2007, le projet tourne autour du thème du regard de l’autre et du « mentir-vrai »

Dominique TAMARELLE – Claire TREMAUVILLE
Professeurs Animateurs

Brèves
  • Résultat de l'élection au CMJ...23/03

    Le scrutin pour le Conseil municipal des jeunes de Bihorel s'est déroulé la semaine passée, sous la responsabilité opérationnelle d'Oriana Passérieux.

    Les élèves Bihorellais de Saint-Victrice auront des représentants :

    • au collège : 
      • Rose Thirel (5A)
      • Charles Vacaresse (4C)
    • à l'école :
      • Anaëlle Cutulic

    Félicitations Anaëlle, Rose et Charles !!!

  • Naissance06/01

    Mme Vébobe (secrétaire et "voix de Saint-Victrice") a donné naissance à Kéilha, une ravissante petite fille arrivée le 31 décembre, au crépuscule de 2020.

    Joie et et santé au bébé et à sa famille !

  • Collecte de la Banque alimentaire12/12Grâce à la générosité des clients et à la présence des collégiens (et des adultes qui les accompagnaient), il y a eu 3 600 Kg de nourriture récoltés. Cela représente près de 7 200 repas. Merci à tous.
  • Célébrations de Rentrée08/09

    à Sainte-Thérèse-d'Avila : 10 septembre 2020

    à Saint-Victrice : 25 septembre 2020

  • Le JSN change de support09/05Après quelques mois d'expérimentation d'un blog, nos articles vont être disponibles pour le grand public. En attendant, suivez le fil de l'actualité en cliquant ici  
  • le Journal sans Nom07/01Pour lire les reportages de l'Institution, cliquez ICI
  • Naissance21/10Mme Hamadouche, l'une des aimables secrétaires de notre Institution, a donné naissance à Ilyan, un petit (mais déjà grand !) garçon né le 20 octobre 2018. Compliments aux jeunes parents !
  • Sainte Thérèse d'Avila15/10Bonne fête aux Thérèse et à notre école, dédiée par ses fondateurs à cette grande sainte. Aujourd'hui, 15 octobre, nous fêtons celle qui a fondé l'un des ordres religieux les plus connus : les Carmélites. Que la grandeur de ses prières nous accompagne... aussi souvent que possible !  
  • Pour les relations parents-enfants : la cahute08/10A l'initiative de M. Sibenaler, l'association la Cahute propose des activités favorisant la rencontre enfants -parents (entre 3 et 12 ans, environ). Réunion d'information MERCREDI 10 OCTOBRE à 19h , au 44 rue Verte à Rouen.
  • Demandes d'aides27/09Les imprimés pour les Bourses de collège et pour l'aide à la restauration (collégiens !) doivent être remis au Secrétariat le 29 septembre au plus tard. Les retardataires n'ont plus que 2 jours !!